Richmond Park est le plus grand parc de Londres, dans le district de Richmond upon Thames. C’est l’un des huit parcs royaux de la capitale. Sur 1 000 hectares on peut y trouver une multitude d’espèces animales, tel l’écureuil cendré, des centaines de perruches et pas moins de 650 daims, cerfs, chevreuils et biches en totale liberté !

Six cents daims et cerfs (photo ci-dessus) se disputent ce territoire avec des centaines de perruches, d’écureuils et d’arbres dont certains ont plus de sept siècles. Et toute cette faune et flore regarde d’un œil morne les promeneurs fascinés qui s’approchent à les toucher. Il faut, si on arrive en fin d’après-midi, déambuler sur la longue promenade qui longe le fleuve et mène au cœur de Richmond. D’un côté, des pentes arborées et percées de buissons fleuris, de l’autre, le fleuve, ses cygnes, ses canards. On peut y louer vélos, barques ou canoës. La promenade ne saurait éviter la pause incontournable d’une bonne pinte dans un pub. Justement, au pied de l’eau, juste après Richmond Bridge, le plus ancien pont de Londres, construit entre 1771 et 1774, se dresse le White Cross, avec sa façade blanche et son tableau noir qui donne, chaque jour, les horaires des marées et leur hauteur. Parce que la Tamise, ici à moins de 60 kilomètres de la mer du Nord, subit des marées, importantes parfois. Ce qui entraîne souvent des situations cocasses, comme d’enfiler sa bière debout sur un banc alors que des vaguelettes viennent chatouiller l’entrée du pub.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.